Les Tentes Rouges de Indiana et Laurence

Adolescente et jeune adulte j’étais une professionnelle des pyjamas party de copines. Avec le temps ces moments se sont transformés notamment en rencontres d’entrepreneuses audacieuses et engagées. Puis est venu le jour où j’ai créé des espaces dédiés au récit de vie ( Story telling ) sur le thème du féminin et l’environnement.

Ce n’est que très récemment que j’ai commencé à participer à des cercles de paroles pour femmes. Ces cercles m’ont permis de comprendre cette petite voix intérieure qui me dit depuis toujours: « Le féminin a soif d’espace d’expression. Il doit s’écouter, se découvrir pour prendre sa place et contribuer à nos équilibres ».

Un jour, sur Facebook j’ai vu un événement passer intitulé « Tentes rouges ». Sans trop savoir de quoi il s’agissait, j’y suis allée, avec l’intention d’observer plus que de participer. Mais dans cet espace de parole cathartique, ce qui doit sortir sort.

Mais de quoi s’agit-il ?

Les tentes rouges sont une pratique séculaire qui consiste à dédier un espace dans la communauté pour les femmes dès la puberté, afin qu’elles se retrouvent pour parler de leurs histoires de vie, leurs épreuves, leurs bonheurs et qu’elles transmettent leurs savoirs et traditions de génération en génération. Ces rassemblements avaient lieu notamment lorsque les femmes vivaient leur menstruation. Moment sensible, il est aussi connu pour être favorable aux intuitions. Après ces quelques jours de retrait, les intuitions étaient partagées et misent à profit dans les processus de décisions liées à la gestion de la communauté. Considérer les menstruations comme sacrées pour le collectif offre une perspective bien différente à cette vision qui fait que ce moment est parfois vécu comme un aveu de faiblesse du corps de la femme.

Aujourd’hui, lors d’une tente rouge, les femmes se retrouvent dans un lieu paisible, autour d’objets symboliques, tels que des cristaux, des sculptures de bois, des utérus tricotés à la main etc… Des tisanes et quelques grignotines sont également partagées. Enfin, les coanimatrices nous invitent par leurs mots et la méditation à nous déposer dans l’instant présent. Une fois les participantes bien ancrées de corps et d’esprits, les partages peuvent commencer. Mais qui dit partage, dit également écoute et soutien. Nous arrivons toutes avec qui nous sommes, nos difficultés, nos joies, nos bagages et nos contradictions. Les histoires partagées, quelles qu’elles soient nous touchent assurément et nous transforment un peu, autant que nos histoires touchent et transforment aussi les autres participantes. Cet effet miroir que l’on ressent nous rappelle comment nous sommes si proches les unes des autres. Nos histoires sont peu de choses face au grand tout et pourtant elles nous dépassent souvent.

Hô que ce rituel est doux! Se déposer, nourrir le corps et l’esprit, plaisanter, partager, rencontrer nos sensibilités intérieures, découvrir celles de nos sœurs pour finalement mieux se comprendre, s’accepter et envisager d’étendre à l’extérieur de nous cette bienveillance.

Mais qui sont les initiatrices de cette tente rouge ?

Les coanimatrices de ce rituel sont Indiana Escach et Laurence Sala, respectivement, doula, massothérapeute en ayurveda pour la première et doula, naturopathe pour la seconde.

Leurs parcours profondément différents nourrissent leur complémentarité.

Indiana Escash

Capture d’écran 2018-06-07 à 11.07.35

 

 

 

Indiana est depuis toujours fascinée par la terre, le divin et le corps. Elle s’engage alors en danse, puis la communication en milieu artistique et après la naissance de son troisième fils, elle retourne à nouveau vers le corps et la terre-mère en devenant doula et massothérapeute. Indiana est une femme d’intuition, d’aspiration, d’idéal, elle est peut-être le côté ying du duo.

 

 

Laurence Sala

DSCF6682

 

 

Laurence quant à elle, sort tout droit du milieu corporatif de la communication, de la décision, de l’action et maintenant elle s’est repositionnée vers des approches plus holistiques pour nourrir son équilibre qu’elle recherche depuis longtemps. Elle est plutôt le côté yang de ce duo.

 

 

 

 

Les chemins de ces deux femmes se croisent, après la naissance de leurs enfants. Une expérience chamanique dira l’une, un processus traumatique dira l’autre. Dans les deux cas, ce fut un événement transformatif pour ces deux mamans qui se questionnent sur les engagements qu’elles veulent prendre dans leur vie et dans leur communauté. De cette réflexion, elles décident alors de devenir accompagnatrices à la naissance et c’est dans le cadre de ce réajustement de leurs engagements professionnels qu’Indiana et Laurence se rencontrent.

Les deux femmes, en parallèle de leurs activités professionnelles, fréquentent les espaces de paroles alternatifs à l’extérieur de Montréal, les fameuses tentes rouges.

Puis un jour de grande discussion, elles se disent : « Mais pourquoi ne pas ramener ces espaces à Montréal? »

Et c’est ainsi que les tentes rouges d’Indiana et Laurence ont commencé à Rosemont La-Petite-Patrie.

Si en lisant ces mots, il y a comme une petite résonnance en toi, peut-être que ces activités pourraient t’intéresser.

Pour connaître les prochaines dates des tentes rouges visitez le site web: laurencesala.com

Laisser un commentaire