Le nouveau monde de Mandy

 

Mandy, 29 ans, française, débarque sur la planète Montréal en janvier 2016 avec son chum, sa valise, ses rêves.

Son projet : Se former en restauration pour le jour venu, se lancer en affaire.

D’où vient-elle? Que fait-elle?
Mandy a grandit à Villetaneuse, une petite ville dans la banlieue parisienne située en Zone d’éducation prioritaire (ZEP).
À l’école, elle est douée. Alors quand Sciences Po, la prestigieuse école parisienne, lance un programme de « discrimination positive » avec les établissements de milieux défavorisés pour encourager les meilleurs élèves à intégrer l’école; elle fonce.

« En gros, ils se sont dit que ce serait intéressant que les décideurs de demain soient un peu plus représentatifs de la société dans laquelle on vit, et qu’il y avait peut-être, sûrement même, des talents cachés en banlieue qui n’avaient pas accès à des programmes aussi prestigieux et exigeants que ceux proposés par les grandes écoles françaises. Par méconnaissance des possibles, souvent, par manque de formation, parfois, par auto censure surtout. » dit-elle.

Au Lycée, Mandy est encouragée par une équipe pédagogique qui a foi en ses jeunes. Elle prépare avec eux un dossier béton au travers duquel, nous dit-elle : « j’ai dû prouver que mon dossier scolaire était exemplaire, que j’en avais dans le ventre et que moi aussi j’avais déjà ouvert des bouquins. Et puis miracle, ça a marché! ».

Au sortir de sa formation, spécialisée en marketing, Mandy est embauchée dans une chaîne de télé, où elle reste 4 ans.

Dans son travail elle apprend beaucoup, et pourtant le sentiment de ne pas se réaliser réellement et d’engager ses compétences pour du vent, accompagne des journées longues et souvent très stressantes. Pourquoi faire tout ça? Quelles sont les alternatives?

Mandy est issue d’une famille de gourmets. Papa travaille dans le commerce de bouche, et maman est  passionnée par la bonne bouffe. Cet univers dans lequel elle a baigné, elle l’aime. Et puis, quoi de plus important que la nourriture au final?

Alors, avec son compagnon Sathes, qui lui n’a qu’une idée en tête,  s’envoyer en l’air en Amérique du nord, ils entament les démarches d’immigration pour se former. L’une à l’École de Cuisine à Montréal et l’autre à l’École de pilotage Saint-Hubert. Oui, Mandy a pour co-pilote de vie, un pilote d’avions.

À Montréal, où elle n’a jamais mis les pieds, elle s’y sent bien dès le premier jour. C’est un nouveau monde qu’elle découvre et savoure avec curiosité. Cette grande ville à taille humaine, ultra dynamique, est propice à la circulation des nouvelles idées, des tendances, et ça l’a séduite.

Au cours de sa formation, Mandy est sensibilisée à la question de la traçabilité des produits qu’elle travaille, leur origine et la relation avec les producteurs locaux notamment. Elle apprend aussi sur le lancement et la gestion d’une entreprise dans une perspective de rentabilité financière, mais aussi d’un développement d’affaire responsable. Selon elle, c’est une sensibilité beaucoup plus ancrée et répandue dans la culture Montréalaise, qu’à Paris. En tout cas, dans le monde dans lequel elle évoluait, elle y était bien moins exposée. Et, pourquoi-pas en découvrir un peu plus sur l’entrepreneuriat engagé?

Quand Fooducoin, une nouvelle start-up écolo, lui ouvre la porte, là encore elle fonce.

De quoi s’agit-il ?

D’une entreprise de livraison écoresponsable et catalysatrice de bonnes pratiques dans le milieu de la restauration de quartier.

Concrètement ça veut dire quoi?

Fooducoin offre un service de livraison à vélo de nourriture. Fooducoin banni les emballages non recyclables et s’associe avec des partenaires qui intègrent l’éco responsabilité dans leurs pratiques d’affaires (Produit locaux, de saisons, offre d’options végétariennes).

Dans ce projet un peu fou, ce qui intrigue Mandy, c’est que comme elle, l’équipe de Fooducoin est notamment composée de personnes ayant l’expérience des grandes entreprises, ou qui comme elle se demandent comment travailler et se sentir utile, et qui comme elle, perçoivent Montréal comme une ville pétillante et propice à l’innovation sous toutes ses formes.

En arrivant à Montréal, Mandy ne se doutait pas qu’en plus de la cuisine, elle ferait cette découverte. Et pourtant, l’entrepreneuriat engagé, fait bel et bien parti de son nouveau monde.

 

 

 

Comment List

  • beyondelo 05 / 11 / 2016 Reply

    Vraiment trop cool quel beau parcours et quelle plume !!

  • Mandoodoo 07 / 11 / 2016 Reply

    Merci NSoJC pour ce bel article 🙂

  • ROSE-ROSETTE 13 / 11 / 2016 Reply

    On reconnaît là de très belles jeunes femmes Mandy et Anne-So;
    Heureuse continuation à vous deux dans vos projets !

Laisser un commentaire