Fusion Jeunesse : Camp de leadership à Waswanipi 2016

En mai dernier j’étais avec Fusion Jeunesse à Waswanipi qui organisait pour la cinquième année un camp de leadership, pour les jeunes de 7 communautés Crees (Waswanipi, Mistissini, Nemaska, Waskaganish, Eastmain, Chisasibi, Whapmagoostui) et 1 Inuit (Puvirnituq), de la région Eeyou-Istchee Baie-James, sur le thème de Aspire to Inspire.

ILS ONT TRAVERSÉ LEUR TERRITOIRE POUR SE RASSEMBLER
70 jeunes issus de ces communautés ont traversé leur territoire pour se rassembler et participer à l’évènement de 4 jours. Cette mobilisation était une occasion provoquée afin de permettre à ces jeunes, dont les communautés sont si petites et dispersées sur une si grande région, de se rencontrer. C’était aussi une occasion d’encourager les maillages positifs entre eux, et par un rassemblement régional, appuyer le sentiment d’appartenance à ce territoire qui nourrit, fait grandir et enveloppe ses habitants de sa beauté mystérieuse. Par une telle démarche, il est rappelé également le socle que ces jeunes ont en partage : leur territoire, leur histoire et leur futur. Ce futur qu’ils ont la responsabilité de construire ensemble avec ce qu’ils sont maintenant. Les outils dont ils disposent sont simples et puissants : leurs ressources intérieures, leur singularité, leur identité, leur volonté, leur générosité, leur résilience et leurs aspirations à inspirer.

Cet évènement s’inscrit au sein d’un programme plus large de Fusion Jeunesse, qui vise à former la relève de demain et à outiller les jeunes d’aujourd’hui afin qu’ils soient des citoyens, capables de prendre des décisions, ouverts aux autres et ancrés à leur culture.

UN PROGRAMME CONNECTÉ AUX RACINES ET À LA MODERNITÉ
Cette fin de semaine a été un doux moment d’intensité. Intense car il s’agissait de coordonner la mobilisation des participants et la logistique de l’évènement. Il s’agissait aussi d’offrir à ces jeunes des années 2000 un programme qui unissait culture, divertissement, enseignement, en étant à la fois connecté aux racines et à la modernité. Moment d’intensité aussi parce qu’il y a eu un début à ce rassemblement, mais aussi une fin. Celle-ci s’est déroulée dans une émotion partagée, tant par les jeunes que les organisateurs. La veille du départ, déjà des larmes d’émotions s’échappaient, mots de reconnaissances et accolades s’enchaînaient, tant par les organisateurs et encadrants, que par ces jeunes qui promettaient de réitérer leur présence l’année prochaine.

Plusieurs jeunes ont aussi signifié leur souhait de s’engager pour la mission de Fusion Jeunesse. Il y a eu aussi ces élèves ayant évoqué les influences positives qui étaient en train de confluer en eux, grâce à cette fin de semaine.

UN TRIO FÉMININ
Regarder qui compose ce programme, c’est aussi faire le constat que le volet Inuit et autochtone de Fusion Jeunesse est mené depuis sa création par des femmes. En effet, l’initiatrice de la démarche est une enseignante ayant travaillé en communautés autochtones, qui a la volonté profonde de dédier ses engagements au développement de la jeunesse autochtone au Québec. Aujourd’hui ce programme est dirigé par une jeune femme Micmac, secondée par deux adjointes. Toutes les trois ont la volonté tout aussi profonde de contribuer à outiller cette jeunesse forte, l’amener à se réaliser à son plein potentiel et contribuer à la conscientiser quant à son pouvoir d’impact positif. Un trio féminin intelligent dont la complicité et la complémentarité créent une belle émulsion qui s’étend jusqu’aux coordonnateurs locaux, répartis dans les communautés où Fusion Jeunesse a construit des partenariats.

Comme pour amplifier cette fin de semaine et sa symbolique, le camp de leadership cette année avait lieu pendant la pleine lune. La synchronicité des choses a fait qu’en parallèle au camp de leadership, des femmes de la communauté de Waswanipi se rassemblaient pour une cérémonie de guérison.

Un programme impulsé et mené par des femmes de passion et d’engagement, orienté autour du développement jeunesse avec comme pierre angulaire l’ancrage culturel et bien sur orienté vers l’avenir. Que faut-il de plus? Soutenir et honorer ces démarches, qui d’évidence contribueront à faire de notre société de demain une société de beauté, de respect et de partage dans laquelle chacune et chacun prend sa légitime place et se sent respecté tout en respectant en retour.

Comment List

  • Françoise ROSE-ROSETTE 09 / 10 / 2016 Reply

    Grâce à ce bel article nous pouvons rêver à des beaux territoires lointains. Nous savons aussi que certains se préoccupent avec intensité d’une jeunesse inscrite dans des mondes extrêmement différents et qu’il convient d’accompagner vers la construction d’un avenir inédit.

  • André-Yanne 10 / 10 / 2016 Reply

    Quel bel article qui me remplit de nostalgie! Merci pour ta générosité, ton temps et ton engagement comme bénévole, sans qui la Conférence ne se serait pas aussi bien déroulée!

Laisser un commentaire